La souffrance psychique vous fragilise ?
Amitié Espérance vous tend la main...

Qui sommes-nous ?

 

 

Le Mouvement est la réponse à un besoin, un cri lancé, en 1978 à Lourdes :

« Nous avons besoin de cette dimension spirituelle, de cette lumière, de cette espérance ».

 

Amitié Espérance est une présence fraternelle

auprès des personnes éprouvées par la souffrance psychique ou liée à un état dépressif.

 

« L’amitié, la rencontre, le partage, l’entraide, la solidarité et l’espérance,

c’est la réponse à l’une des formes de pauvreté

qui affecte le plus la personnalité humaine,

la lucidité, la maîtrise des comportements »

Frère Louis-Joseph Miniou, fondateur

 


Une association loi 1901

Reconnue à caractère d’intérêt général en 1993, et exerçant une activité sociale, Amitié Espérance est donc à même de recevoir des dons ouvrant droit à réduction d’impôt.

L’association propose aux accompagnants une formation humaine et spirituelle pour permettre un fonctionnement harmonieux des groupes.

 

Un Mouvement d’Église

Amitié Espérance dispose aussi, depuis 2008, d’un statut canonique, en tant qu’association privée de fidèles. Le Mouvement se veut ainsi un lieu d’évangélisation et de proposition de la foi.

À ce titre, il est rattaché à la Pastorale de la Santé dans les diocèses et cherche à « faire Église ensemble » avec les autres mouvements & services.

 

Une spiritualité fondée sur Marie, Thérèse & Bernadette

Parce que « la faiblesse n’est pas un obstacle au rayonnement de Dieu » (Frère Louis-Joseph), Amitié Espérance propose un compagnonnage fraternel fondé sur les valeurs de l’Évangile et sous le triple patronage de la Vierge Marie, Bernadette et Thérèse de Lisieux.

Sainte Bernadette

Bernadette nous invite à entrer dans la confiance, à ouvrir au Père les lieux blessés de nous-mêmes afin qu’Il puisse transformer ces lieux de mort en lieux où la vie pourra germer.

Sainte Thérèse de Lisieux

Bien qu’elle ait connu l’épreuve de la maladie psychique, son cheminement spirituel « par la confiance et par l’amour » révèle le cœur de l’Évangile. Thérèse ouvre une « petite voie aux petites âmes » qui la découvrent ; une voie de simplicité, de confiance et d’abandon, une voie d’espérance et de bonheur, dans une totale confiance en Dieu, sans nous désoler de nos échecs, de nos limites et de notre petitesse.